Le Mené, territoire en chemin vers l’Économie Humaine

logo le Mené RiehLes 14 et 15 juin 2018, nous avons été invités à parcourir le monde avec les acteurs présents de quatre continents : de Gao au Mali en passant par le centre Songhaï au Bénin et par Le Mené en France, du Tamil Nadu en Inde à la périphérie de Lima au Pérou.

Des territoires, des convictions et un réseau

Tous ces groupes se sont pris « en main », parce que partout dans le monde, des personnes vivant sur des territoires où les difficultés pour bien vivre s’accumulent, s’organisent pour ne pas subir et agir sur leur destin.
Ils ont en commun une vision de l’Homme appelé à vivre dans la dignité, traité avec équité et justice, dans des sociétés solidaires en harmonie avec le vivant.


Un acquis sur lequel on ne peut plus revenir

Ce temps de rencontre du RIEH sur Le Mené a été une aventure tout à fait exceptionnelle.
Il y a eu la traversée : Un travail collaboratif étroit entre notre petit territoire de Bretagne et le RIEH, réseau International. Un voyage qui nous a permis d’aller de soi
vers soi en passant par les autres, mis en valeur par ce livre-témoin
« Du souffle pour nos territoires » qui mérite d’être diffusé au plus grand nombre.


Une aventure humaine extraordinaire par la qualité des personnes présentes et des témoignages hors du commun, permettant d’ouvrir notre regard sur la connaissance d’autres acquis, d’autres expériences sur des valeurs communes partagées grâce au RIEH.


L’occasion
d’affirmer les valeurs qui façonnent Le Mené depuis cinquante ans : Affirmer l’égale dignité et le plein épanouissement de toute personne humaine, promouvoir le bien commun de tous par la mise en valeur des richesses de chacun, prendre soin de l’environnement, apprendre à dire assez pour que tous aient assez, Une régulation éthique et politique pour donner sens et cohérence à l’effort humain. Un territoire conscient du rôle fondamental à tenir vis-à-vis des nouvelles  générations dans un double questionnement :


« Quelle terre souhaitons-nous laisser à nos enfants ?
Quels enfants souhaitons-nous laisser à la terre ? »

 

Lire le document issu des échanges de juin 2018 :

Le Mené en images

Les plans d’eau

Carte plans d'eau

 

1 – Saint-Gouëno

A la sortie du bourg sur la D76

2017-plan-d'eau-St-goueno-CJ

2 – Collinée

Dans le bourg, proche du Centre Culturel Mosaïque
Rue du Baillot.

etang-de-collinee

3 – Saint-Jacut du Mené

Près de l’école et du stade.

etang-de-st-jacut

4 – Langourla

A proximité du Théâtre de Verdure. Route de la « Ville du Cas ».

Langourla-plan-d'eau

5 – Saint-Gilles du Mené

Sur la route de Collinée (D792).

etang-de-st-gilles

6 – Plessala

Étang de La Chesnaie. Dans le bourg, route de Plémet.

2017-Plan-d'eau-Plessala-CJ(2)

 

Le chemin de Croix – Saint Gouëno

Une balade de 45 mn autour d’un site voué à la religion catholique.
A partir de l’église de Saint-Gouëno, édifice construit en 1861 avec le produit de la vente des communaux, vous grimpez à pied par une petite route boisée vers le site de la chapelle Notre Dame des sept douleurs. Vous arrivez   sur le tertre, site religieux occupé parfois par des festivaliers. A signaler à proximité un terrain de  VTT. Après un coup d’œil au panorama, vous redescendez par le chemin de croix érigées par les familles donatrices de la paroisse. Le chemin ombragé vou s ramène auprès de l’église, après avoir traversé un groupe de belles maisons construites avec le granit du pays.

Pour y aller : dans le bourg, prendre la « rue de la chapelle » derrière l’église puis suivre les panneaux.

Théâtre de Verdure – Langourla

Le théâtre de verdure de Langourla a pris possession d’une ancienne carrière. Situé en lisière de bourg, il peut accueillir entre 900 et 1200 personnes à l’occasion de festivals (par exemple Jazz à Langourla), de concerts, de bals ou de mariages, d’assemblées générales, de foires ou d’expositions.

Ce qui rend le lieu unique,  c’est l’immense vélum qui le protège des intempéries. Un immense voile blanc tendu entre les poutrelles horizontales couvre l’édifice et protège les spectateurs des intempéries.

theatre-de-verdure

Pour y aller : dans le bourg, prendre la « Ville du cas ».

Tour Saint-Eutrope – Langourla

Cette tour est en réalité le clocher et le porche de l’ancienne église de Langourla. De forme octogonale, elle compte quatre ouvertures sur arcs d’ogives et elle est flanquée d’une tourelle qui abrite un escalier tournant. Les piliers portent les armes de Langourla. En 1869, lors de la construction de la nouvelle église, cette tour échappe à la démolition suite à l’intervention de Mgr David, évêque de Saint-Brieuc.

saint-eutrope

Pour y aller : à l’église prendre la D39 sur 100 m

La Roche au cerf – Plessala

Un gué séculaire pour traverser le Lié

Le site tire son nom d’une particularité : les cerfs venaient s’abreuver à la rivière lorsque l’homme se fait discret.
Ce lieu est utilisé depuis le Moyen-Âge, car le passage à gué de la Roche-au-cerf permettait aux habitants de La Motte, de Plessala et de Langast de pouvoir traverser le Lié en toute saison.
Durant des siècles, ces blocs de pierre plantés dans le lit de la rivière ont été le seul moyen de passer d’une rive à l’autre.

Un moulin entièrement rénové.

Le moulin de la roche au cerf datant d’avant la Révolution, a été entièrement rénové. Il a ainsi retrouvé ses deux roues d’antan qui servaient à moudre le blé, l’orge, l’avoine et le sarrasin, ainsi qu’une paire de meules en état de fonctionnement.

Un site d’escalade

Le site de la roche au cerf est pourvu d’une paroi d’escalade naturelle aménagée. Pour toute activité sur le site, contacter la Base Sports Nature de Plémet au 02.96.25.97.22

roche-aux-cerfs

Pour y aller : à partir de l’église de Plessala, suivre D1 sur 6,5 km. Prendre à droite en suivant les indications sur 3 km.

Croquelien – Le Gouray

Le site de Croquelien est un chaos granitique légendaire, berceau des fées Margot…

Lors des nuits de pleine lune, les chemins qui conduisent au royaume souterrain des fées s’entrouvrent entre les rochers. Attention  à  ne pas vous laisser surprendre au risque de vous voir transformé en roc granitique à votre tour !…

croquelien

Les chemins de balade

À la découverte des 7 sentiers de balade du Mené

La randonnée du Pas-es-Biche – Le Gouray

6 km – départ parking de la Mairie-Déléguée

pas-es-biche-le-gourayLa balade commence par le lieu-dit La Meuniais, par les sous-bois du chemin des Valamins. En remontant vers la Hautière, le promeneur découvre un magnifique point de vue sur la forêt de Boquen. Après la descente vers le Gué, nos pas nous entrainent dans la montée de la côte du Poulancre avec la Pas-de-biche au sommet. Une dernière petite boucle invite à la promenade le long du cours d’eau de l’Arguenon, pour retrouver à l’orée d’un bois les vestiges d’un pont ferroviaire.  C’est l’un des ouvrages d’art utilisé sur la ligne reliant Dinan à Collinée dans les années 30. La ligne longue de 47.1 km a été créée en octobre 1925 et a disparu en avril 1937. Le passage par le Hameau du Mené et ses maisons solaires permet de rejoindre le centre-bourg en passant derrière l’ancien presbytère.

Le sentier « Au creux des chemins » – Saint-Gilles du Mené

4 km – départ parking de l’étang Guilliet

au-creux-des-chemins-saint-gilles-du-meneLe plan d’eau de Guilliet, qui a été rénové en novembre 2016, est alimenté par un petit cours d’eau, le Fromené, l’un des affluents du Lié, d’une longueur de 11 km. Pour profiter pleinement de cette balade, le promeneur est invité à suivre cette rivière pendant 2 km. Cela lui permet de rejoindre Ker-Yan grâce aux passerelles et à deux ponts de bois. Après une petite boucle par les Loges, nos pas nous ramènent vers le bourg en traversant la départementale en amont du lieu-dit le Beau Chêne. Ne reste plus, ensuite, qu’à parcourir le dernier kilomètre qui contourne le Tertre. A n’en pas douter, le sentier Saint-Gillois est parfait pour une petite promenade pédestre ouverte aux petits comme aux grands.

Le sentier des « Prom’nous » – Collinée

8 km – départ parking du plan d’eau du Baillot

prom-nous-collineeLe sentier des Prom’nous est un circuit qui permet de découvrir le bourg de Collinée à partir du plan d’eau du Baillot et de son lavoir. Ce circuit nous entraîne vers la médiathèque Simon d’Estienne qui a pris ses quartiers dans l’ancien couvent. Durant la balade, le promeneur passe devant la maison Richard. A n’en pas douter, elle ne laissera personne indifférent avec sa tourelle en pierre datant du 17ème siècle. Les randonneurs peuvent aussi découvrir la mairie-déléguée, classée au patrimoine des bâtiments de France. Après quoi, le retour au cœur du bourg se fait tranquillement, avec un passage devant l’église pour rejoindre le lotissement du Vieux-Lavoir et le fameux étang du Baillot.

La randonnée « Le Chaos de Quémelin » – Langourla

2 km – départ parking du Théâtre de Verdure

le-chaos-de-quemelin-langourlaLe parcours pédestre de Langourla est baptisé le Chaos de Quémelin en raison des blocs et boules accumulés en vrac dans le lit ou sur les flancs de La Rance. Heureusement, la balade ne démarre pas les pieds dans l’eau, mais au Théâtre de Verdure, un lieu unique réalisé dans une ancienne carrière. Situé en lisière du bourg, ce Théâtre de Verdure est coiffé d’un immense voile blanc tendu entre des poutrelles horizontales. De quoi protéger les spectateurs lors des festivals ou d’offrir une oasis d’ombre aux promeneurs, avant le début de la balade. Une excursion qui permet de visiter le bourg de Langourla, son église Saint-Pierre ou bien encore sa Tour Saint-Eutrope dont la terre à proximité, arrachée et apposée sur la personne souffrante, permettait, selon la légende, d’apaiser les douleurs des malades. Les flâneurs, s’ils n’ont pas trop mal aux jambes, peuvent ensuite prendre la direction du menhir de La Coudre, puis du manège à chevaux de la Touche. Ils arrivent ensuite aux fameux Chaos de Quémelin avant de découvrir le château et la chapelle Saint-Gilles. Ils peuvent ensuite se rafraîchir à l’ombre du Théâtre de Verdure, point de retour à proximité d’un plan d’eau.

La randonnée « Autour des tertres » – Saint-Gouéno

1 km – départ parking de la salle des fêtes

autour-des-tertres-saint-gouenoPour profiter pleinement de ce circuit, les promeneurs sont invités à partir de la salle des fêtes de Saint-Gouéno, avant d’emprunter le chemin de croix qui leur permet de rejoindre le Tertre et la chapelle Notre-Dame-des-sept-douleurs. Cette chapelle abrite en son sein une statue en bois de la Vierge Marie transpercée de sept glaives représentant les sept douleurs endurées par la Sainte au cours de sa vie. Ne reste plus, ensuite, qu’^suivre la route des Bannis en direction du village de la Picaudais. Après avoir parcouru le village de la Bichardaie, les promeneurs arrivent au Tertre de l’étang et rejoignent les nombreux circuits aménagés pour les vététistes.

« Le Chemin de Livoyer » – Plessala

5 km – départ Plan d’eau de la Chênaie

le-chemin-de-livoyer-plessalaEn contournant le plan d’eau par la gauche, le flâneur peut découvrir la sculpture symbolisant le jumelage entre Plessala et Bisley, ville anglaise. Après ça, il suffit d’emprunter la route à gauche, qui descend jusqu’au Gué-Plat, avant de bifurquer par le sentier de droite, qui permet de s’approcher d’un jardin très nature où l’on peut prendre un petit cours de botanique. La promenade bucolique n’est pas terminée puisqu’il s’agit ensuite de longer le cours d’eau pour poursuivre le chemin en sous-bois. Au bout de 2 km, une intersection s’offre aux pas des marcheurs. L’itinéraire se poursuit à droite, en empruntant le bief d’un ancien moulin et en longeant le cours d’eau. Les curieux peuvent toutefois continuer tout droit. Cela leur permet de découvrir les ruines du Moulin-Neuf. Pour retrouver le sentier, il suffit de grimper les quelques marches sur la droite. Au bous du chemin, voici le village de Livoyer. Sur la route, les promeneurs peuvent admirer un vieux manoir restauré. L’édifice présente notamment une magnifique tourelle escalier qui date du 1628. Ensuite, ne reste plus qu’à suivre le fléchage et à emprunter une montée un peu raide, qui met les jambes à l’épreuve. Avant de retrouver le chemin de terre qui les conduit au plan d’eau bouclant la randonnée, les flâneurs passent près d’une croix aux bras courts. Cette croix des Longuerais, à l’intersection des routes du Livoyer et du gué, date du Moyen-Âge.

La randonnée « Le bon réconfort » – Saint-Jacut du Mené

6 km – départ parking du plan d’eau

45C-6e-20151109100807Description à venir.