Introduction

Région agricole, Le Mené comprend aussi nombre de landes et des massifs forestiers, mais surtout les Monts du Mené dont le point culminant des Côtes-d’Armor, le Mont Bel-Air (339 m) qui se situe sur la commune de Trébry, proche de Plessala.

Au XVIIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe, le Centre-Bretagne produit des toiles de lin très fines dites « Bretagnes » qui sont particulièrement recherchées y compris à l’étranger (Espagne et Amérique du Sud). Les ports de Saint-Malo et Nantes servent de port d’embarcation. Cette période prend fin au XIXe siècle avec l’apparition des manufactures, la Bretagne ayant été incapable de s’adapter aux exigences de cette nouvelle économie. Les gros bourgs, autrefois prospères, périclitent et paysans et tisserands sombrent dans la pauvreté.

Aujourd’hui, grâce à l’agriculture, la région a retrouvé richesse et dynamisme. Le Mené s’est orienté vers un objectif ambitieux en participant à la démarche visant à l’autosuffisance énergétique à l’horizon 2030. A ce titre, il suit les préceptes de Paul Houée, enfant de Saint-Gilles-du-Mené. Il fut sociologue au CNRS et promoteur du développement local dans les années 65-80. Il a beaucoup travaillé sur ce thème dans la région transmettant sa volonté de « retrouver la dignité d’un pays par le développement local ». Il profite aujourd’hui d’une retraite bien méritée.

Le territoire du Mené est très riche d’un point de vue historique. Des générations entières l’ont construit au fil du temps, pour en faire un lieu d’exception.

Nous vous invitons ici à découvrir son passé, ses richesses, et les paysages qui en font tout son charme.

Les communes historiques

L’histoire des communes historiques fait l’histoire du Mené

Collinée

CollineeLa commune de Collinée ne recèle pas de sites antiques. La voie romaine, à l’ouest de la commune, marque seulement une pénétration de cette civilisation sur la contrée. Au village de Saint-Thia, anciennement Saint-QUIAC, les moines de l’abbaye de Bosquen possédaient des biens en 1255. La mention la plus ancienne de Collinée remonte au 11 Février 1433, lorsque le Duc de Bretagne créa un marché en faveur de Jean de Beaumanoir.

Collinée devint alors un centre d’échanges commerciaux au milieu d’une région du Mené, qualifiée de pauvre. De la prospérité de l’industrie de la toile au XVIe et XVIIe siècle, vont être bâties, des demeures remarquables. Collinée possède alors sa halle où l’on vend les étoupes (détruite en 1872), sa place de la Cohue bordée de maisons avec piliers formant galeries. Une foire d’origine moyenâgeuse, « la foire de mai » permettait aux jeunes gens, le 2 mai de chaque année de se gager chez de nouveaux patrons. Les tisserands, dans chaque maison, fabriquaient des toiles pour être vendues au bureau de Moncontour.

La seigneurie de Collinée, sous l’Ancien régime dépendait du domaine royal de Jugon et appartenait à la famille de Talhouet de Bonamour à la Révolution. L’abbé Pierre Ruello, né dans cette paroisse en 1732, est député du clergé aux Etats généraux en 1789.

En 1802, Collinée devient chef-lieu de canton et, en 1804, Collinée est érigé en paroisse, alors que ce n’était qu’une trêve du doyenné du Gouray. Le territoire de la commune est agrandi à deux reprises, avec le village de Saint-Mirel en 1823, et les villages de Saint-Thia, Launay-Moussu, la Viette, les Mintes et les Bignons en 1856.

La fin du XIXe et le début du XXe siècle sont marqués par l’arrivée du chemin de fer départemental en 1906 et le développement de l’agriculture grâce aux défrichements et l’apport des engrais. Néanmoins cette période subit le phénomène de l’exode rural et les jeunes partent en masse vers le bassin parisien. Sur le plan politique, il faut noter l’influence de la famille Perret qui fournit un président du Conseil Général.

Collinée retrouve une vitalité économique dans les années 50 sous l’impulsion d’André Gilles, fondateur d’une société d’abattoirs en 1952.

Langourla

LangourlaLe territoire de Langourla est occupé dès l’époque néolithique comme l’atteste la présence d’un menhir près du village de la Coudre. La voie romaine Vannes-Corseul traverse la commune à l’ouest et sert de limite avec St-Jacut du Mené et Le Gouray. Un tronçon demeure identifiable à la hauteur du village du Carpont, après la traversée de la forêt de Bosquen. De cette époque gallo-romaine, il reste les traces d’une édification, au sud de la Plançonnaie.

Une enceinte avec douves, formant camp retranché dans le bois de la Rouvraie signale l’établissement d’une féodalité ancienne. Au Moyen âge, une seigneurie de Langourla est mentionnée en 1239, lorsqu’un des siens, Robert, fit une donation à l’abbaye de Bosquen avant son départ pour Jérusalem. La juridiction de cette seigneurie, avec haute, moyenne et basse justice tenait son auditoire à Saint-Joseph, ancien bourg paroissial. Dans ce même lieu, existait une halle et s’y déroulaient foires et marchés. D’anciens titres conservés autrefois aux Archives de la paroisse situaient l’origine de l’ancienne église au XIIe siècle. De ce bâtiment, il subsiste la tour Saint-Eutrope, de forme octogonale, et qui en constituait autrefois le porche. A cette période, les paroisses de Langourla et Saint-Véran n’en formaient qu’une.

Au XIXe siècle, la vie sociale et politique est dominée par les familles Harel de la Perrière et de la Guibourgère. Les familles nobles, grandes propriétaires foncières, s’affronteront même, pour la mairie. C’est sur un terrain donné par M. Harel de la Perrière qu’est édifiée la nouvelle église.

Le Gouray

Le GourayL’occupation du territoire de la commune de le Gouray remonte à 4000 ans av J.C, comme en témoignent les nombreux vestiges néolithiques. Ces sites sont disséminés sur toute la commune : allée couverte de l’Epine, menhirs détruits de la Ville Heu Dussan, haches de pierre polie à Crokélien et St-Roch. La civilisation gauloise a laissé un souterrain de l’âge de fer à Boucléron et un autre à Saint-Roch.

Un site près du village du Val-Raulet a livré des vestiges d’habitations et d’artisanat. Au Moyen âge, une enceinte féodale, la motte du Parc est le fief d’une seigneurie qui fera construire un manoir au XVe siècle. Une motte similaire devait exister au lieu-dit la Motte Basse, où la famille Le Mintier fait édifier un château au XVIIIe siècle.

Sous l’Ancien Régime, les manoirs et les petites seigneuries sont nombreux sur Le Gouray. L’économie est essentiellement agricole, la préparation des toiles assurant des revenus supplémentaires. De plus, on extrait des ardoises à Saint-Roch et du minerai de fer à Carbilan pour alimenter les haut-fourneaux de la Hardouinaye et du Vaublanc. La paroisse est ancienne, puisqu’elle est mentionnée comme telle en 1205.Elle a été victime, à plusieurs reprises, d’épidémies ravageuses. Aussi, le culte de Saint-Roch, saint protecteur y est très vivace. Une caquinerie destinée au soulagement des personnes atteintes de la lèpre est signalée dès le XIIIe siècle.

A la Révolution, la commune du Gouray devient chef-lieu de canton jusqu’à l’an X, les habitants de cette commune adhèrent aux idées nouvelles et maintiennent une garde nationale à l’effectif important. Le XIXe siècle est marqué par l’émergence politique de Pierre Perret, cultivateur, conseiller général, député et représentant à l’Assemblée Constituante entre le 28 Avril 1848 et le 13 Mai 1849. La famille Perret fournira, pendant plus d’un siècle, des élus à ce canton et influencera son développement.

Le mois de Juillet 1944 a été une période de heurts avec les allemands, et d’assassinats sur la commune.

Plessala

PlessalaC’est en 1255 que le nom de Plessala apparaît avec le titre de paroisse dans les chartes de l’abbaye de Boquen. La graphie actuelle de Plessala existe dès 1274. Le nom est peut-être issu des mots ploe (paroisse en breton) et Sula (un saint breton). Au début de 1790, Plessala élit sa première municipalité et devient ainsi une commune.

Pendant la période révolutionnaire, la commune a connu plusieurs épisodes douloureux :

  • Le 1er décembre 1794, une bande de Chouans enleva soixante fusils de la maison commune et coupa l’arbre de la liberté.
  • Le 19 juillet 1795, des Chouans envahirent les maisons du notaire Veillet de la Haye-Veillet, maire, et de son adjoint. Ils y brûlèrent les archives publiques et privées.
  • Le 4 juin 1796 quatre réfractaires de Saint-Brieuc furent passés par les armes dans le bourg de Plessala.

La lande dite « Forêt de Moncontour » qui formait une enclave entre Plémy, Langast, Plessala, Saint-Gouéno, Trébry et Trédaniel fut réunie à la commune de Plessala par un arrêté préfectoral du 3 juin 1809.

Selon une ordonnance du 3 janvier 1828, la commune de Plessala a cédé deux fractions à Saint-Gouéno (le village de Kerfiac et les villages de Kermené) et deux autres fractions à Saint-Gilles-du-Mené (le village de la Touche et les villages de Bellevue et des Fossés).

Le monument aux morts de Pessala porte les noms de 15 soldats morts pour la France pendant la guerre de 1870. Le monument aux morts de Plessala porte les noms de 191 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale et de 16 personnes pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le 12 novembre 1972, des chanteurs et poètes représentant le renouveau culturel breton (Glenmor, Xavier Grall, Gilles Servat, Tri Yann…) ont signé à Plessala le Manifeste des Chanteurs bretons.

Saint-Gilles du Mené

St Gilles du MenéLe territoire de la commune de Saint-Gilles ne recèle aucun vestiges, ni aucune trace d’occupation jusqu’au XIIe siècle.

L’ancien régime est marqué par l’importance de la seigneurie de Bocenit, dont le fief se situe dans un château du XVe siècle. Il ne reste rien des portes décorées de pilastres et d’écussons, pas plus que de la chapelle Ste-Anne et du colombier. En 1717, un nouveau manoir seigneurial lui succède. La principale activité économique, à cette époque est l’industrie de la toile. Les champs sont cultivés de lin, puis de chanvre qui, récoltés, seront travaillés par des paysans-tisserands ; des moulins à fouler malaxent les toiles obtenues pour leur donner plus de souplesse et un aspect feutré. Elles sont ensuite commercialisées sur les places importantes, telle Moncontour. C’est d’ailleurs un marchand de toiles né à Landerneau, Guillaume Legris-Duval, qui, par alliance, devient le propriétaire de Bocenit.

Les événements révolutionnaires amènent ce marchand à s’engager dans l’Armée Catholique et Royale dont il prend la tête à la mort de Boishardy. Pendant plusieurs années, l’insécurité règne dans la commune entre les activités des bandes de chouans et les représailles des colonnes républicaines. Saint-Gilles ne devient paroisse qu’en 1839. Ancienne trêve de Saint-Jacut, elle avait été annexée à Saint-Gouëno en 1807. Au XIXe siècle, la commune est en partie recouverte de landes. Ces communs, situés au Nord-est, sont vendus pour être défrichés et pour financer la construction de la nouvelle église.

En 1944, le maquis du Seilla est attaqué et anéanti par les allemands. Dans l’immédiat après-guerre, une dizaine d’hectares de tourbières près de Bellevue, est exploitée pour la fabrication de mottes à brûler.

Saint-Gouéno

st GouenoLe relief très tourmenté de cette commune a déterminé l’implantation des civilisations successives. Une allée couverte, aujourd’hui détruite, au-dessus du village des Hautières, et des haches de pierre polie découvertes sur le plateau voisin, marquent l’occupation des hommes du Néolithique. Les celtes, près de la voie antique Nantes-Le Yaudet, nous ont laissé un trésor de 300 pièces de monnaies de type coriosolite et osismen découvert en 1854, dans la lande de la Hautaie.

Un éperon barré, fortification défensive du Haut Moyen âge, s’élève encore près du village de la Ville-ès-Geais. Autour de cette même vallée, l’autre versant révélait jusqu’aux années 1980 (période de sa destruction), une motte féodale, du XIe ou XIIe siècle, fief d’une petite seigneurie et appelée la Motte-Dolo. Si la paroisse de Saint-Gouëno est signalée en 1279, dans un acte de l’abbaye de Bosquen, son origine provient d’un démembrement de celle de Plessala. La Révolution a marqué profondément la population de cette commune, celle-ci ayant adhéré fortement aux mouvements de la chouannerie, conduits par Legris-Duval de Bosny. En 1795, un prêtre Joseph Le Veneur de la Ville Chapron est fusillé par des colonnes mobiles. Le territoire de la commune a subi des modifications importantes au début du XIXe siècle, en 1828 et en 1856. Il s’est développé aux dépens de Plessala, tout en perdant une section au profit de Collinée et une autre au profit de Saint-Gilles.

A partir de 1840, la commune met en vente ses landes communales situées principalement entre Kerrouet, Bellevue et la Hautaie. Le bénéfice de ces transactions servira à l’édification de la nouvelle église.

Saint-Jacut du Mené

Saint-Jacut du MenéLes nombreuses découvertes archéologiques ainsi que plusieurs mégalithes (menhirs de Bransac, allée couverte détruite du Rocher) révèlent une occupation des lieux intenses à l’époque néolithique.

De l’époque gallo-romaine, subsistent également des vestiges d’une villa au Gué-Haria (tégulae et imbrices). La voie romaine Corseul-Vannes dite Chemin de l’Etrat, traversait la commune à l’Ouest. Le moyen âge nous a laissé les restes d’une enceinte quadrangulaire avec douves, au village du Vieux-Parc et une enceinte avec motte, près du bourg, appelée château de la Couaille. Deux seigneuries exercent leur juridiction et leurs droits féodaux : La Goulière, mais surtout le Parc-Locmaria dont l’importance et le rayonnement restent visibles à travers l’architecture de son château. Le territoire de Saint-Jacut est abandonné aux landes. Entre St-Gilles et St-Jacut, le seul lieu habité est une auberge, située à la Hutte à l’Anguille, dont le propriétaire, à la fin du XVIIIe siècle est accusé de détrousser et d’assassiner les voyageurs.

A partir de 1840, le curé l’abbé Boinet et le maire Hyppolithe Lemoine entament un programme de défrichement en faveur des nécessiteux. Saint-Jacut s’est agrandi aux dépens du Gouray, en 1823, puis en 1849, s’appropriant les parties de Bransac, la Thiollaye et la Goulière.

Le patrimoine

La coiffe du Mené

Coiffe du MenéLe territoire de la coiffe du groupe du Mené, selon la classification de René-Yves Creston, recouvre les six communes suivantes : Plessala; Saint-Gilles-du-Mené; Plouguenast; Saint-Gouéno ; Langast ; Gausson. Au fil du XIXe siècle et au tout début du XXe siècle, la coiffe de ce groupe va se réduire en taille, puis s’affiner.

Selon Yann Guesdon, « après la première guerre mondiale, deux tendances s’affirment : l’abandon du bonnet par certaines et son maintien par d’autres, avec un nœud latéral très visible ». La coiffe sera abandonnée dans les années 1960.

Source : http://patrimoine.bzh

La mairie de CollinéeMairie de Collinée

Une maison du XVIIe siècle, avec portes et frontons,  qui est aujourd’hui la Mairie et anciennement à Monsieur RUELLO, située à l’angle de la rue Simon d’Estienne et de la Place de la Mairie. Le bâtiment est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 20 juillet 1964, en ce qui concerne les façades, toitures et souches de cheminée.

Les chapelles

Chapelle Saint-Roch Le Gouray

Chapelle Saint-Roch Le GourayLa tradition situe l’origine de cette chapelle au XIIe siècle, mais l’édifice est reconstruit au XVIIe siècle, avec des matériaux du XVe siècle. Une assemblée s’y tient le 16 août, jour de la Saint-Roch, et saint Fiacre y est également invoqué. De nombreuses légendes attribuent à saint Roch des pouvoirs de guérison, face aux épidémies de dysenterie, fréquentes jusqu’au XIXe siècle. Sur le site, les cavités sont les vestiges d’une très ancienne exploitation d’ardoises.

 

Chapelle Notre-Dame-de-La-Hautière PlessalaChapelle Notre-Dame-de-La-Hautière Plessala

L’édifice, en forme de croix latine avec chevet polygonal, est construit à l’initiative d’un couple de particuliers.Jeanne Guy et Jacques Sauvé font en effet don de leurs biens en 1830 à la fabrique de la commune pour qu’elle soit érigée en chapelle de secours et que les prônes y soient dits. La chapelle conserve des statues des XVIe et XVIIe siècles, notamment celle de Notre-Dame de la Marche. Le pardon est célébré le dimanche au début du mois d’août.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Sainte-Élisabeth Plessala

image012Cet édifice de plan rectangulaire est érigé à l’emplacement de la chapelle primitive. Ancien fief de la famille du Bosc, celle-ci est mentionnée dès 1255. Le pardon se célèbre, chaque année, le deuxième dimanche de juillet. Située à proximité, la fontaine Sainte-Élisabeth remonte au XIIIe siècle ; ses eaux étaient réputées soigner la peste.

Source : http://fr.topic-topos.com

 

Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Réconfort Saint-Jacut-du-MenéChapelle Notre-Dame-de-Bon-Réconfort Saint-Jacut-du-Mené

C’est dans la sacristie de cette chapelle que les notables de la paroisse se réunissent, le 5 avril 1789. Sous la présidence de Pierre Mathurin Caresmel, procureur fiscal de la châtellenie du Parc Locmaria, ils rédigent leur cahier de doléances et élisent leurs députés à la sénéchaussée de Rennes.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Antoine Saint-Jacut-du-Mené

image014La porte latérale est marquée des armoiries de la famille du Parc Locmaria. À l’intérieur se trouvent des sablières sculptées de masques, et une chasse de saint Hubert. Les chasseurs du pays y invoquent en effet leur patron et y conduisent leurs chiens pour les protéger de la rage. La chapelle abrite également deux statues en calcaire, de saint Jean Baptiste et de sainte Marie Madeleine (Cl. M. H. 1943), ainsi que des fragments de vitraux du XVIe siècle (Cl. M. H. 1963). Une maison d’habitation, celle du chapelain, la jouxte, ainsi qu’une croix datée de 1656. Une fontaine miraculeuse, aujourd’hui disparue, guérissait les porcelets. Les pèlerins disposaient de la terre récupérée au fond du trou d’eau sur une dalle de pierre, et quelques jours plus tard, lorsque la terre avait séché, les animaux étaient guéris.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs Saint-GouénoChapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs Saint-Gouéno

La dévotion à Notre-Dame des Sept Douleurs, dont la poitrine est percée de sept glaives, remonte au XIVe siècle. La chapelle est totalement reconstruite en 1893, sur un promontoire dominant toute la région du Mené. Une statue de la Vierge, en bois, datant de l’ancienne chapelle, occupe le chœur de l’édifice.

http://fr.topic-topos.com

Chapelle Saint-Louis Saint-Gilles-du-Mené

Cette chapelle rurale, lieu de passage du Tro Breiz, est édifiée par la famille de Lanascol, au bord d’une voie de communication très ancienne. En 1937, elle est dévastée par des vandales qui brisent les vitraux, abattent le campanile et enfoncent la porte. Le village de La Hutte-à-l’Anguille, situé aux confins de cinq communes, demeure tristement célèbre pour les exactions d’un aubergiste appelé Jean Villeneuve, dit « Jean de la Hutte » : à la fin du XVIIIe siècle, il aurait assassiné des pensionnaires pour les dépouiller.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Saint-Gilles-des-Prés Langourla

La tradition situe l’élévation de la chapelle Saint-Gilles aux années qui ont suivi le transport du corps de Gilles de Bretagne à l’abbaye de Bosquen, après sa mort au château de La Hardouinais en 1450. Bâtie en sa mémoire, la chapelle se dresse sur le bord du chemin emprunté par le cortège funèbre. Pendant longtemps, l’office paroissial y est célébré le dimanche qui suit le jour de la Saint-Gilles.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Saint-Georges Langourla

En 1844, La Bulnaye, propriétaire du manoir de Blanc-Mouton, fait restaurer presque entièrement cette chapelle, dont la construction remonte à plusieurs siècles. Saint Georges, saint martyr représenté par un tableau à l’intérieur, est invoqué pour guérir les enfants atteints d’une maladie de la peau appelée dans le pays « le mal saint Georges ». Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, cette croyance amène de nombreux pèlerins autour de ce petit sanctuaire et de sa fontaine miraculeuse.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Saint-Joseph Langourla

Cette chapelle, en forme de croix latine, possède quelques éléments anciens. Elle est peut-être liée à la confrérie de saint Joseph, dont on connaît l’existence à Langourla au début du XVIIe siècle. À moitié démolie pendant la Révolution, elle est restaurée en 1818 par la famille de Livoudray, avec l’agrément du clergé. En 1905 et 1906, elle est presque entièrement reconstruite par des ouvriers de Langourla. Autour de la chapelle s’ordonne le village de Saint-Joseph, célèbre pour sa foire aux pommiers qui a lieu chaque année, en mars.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle du Château de la Motte-Basse Le Gouray

Cet édifice, béni en 1759, est dédié à la Sainte Vierge. Depuis 1860, il constitue la chapelle funéraire de la famille Le Mintier de La Motte-Basse. L’intérieur est orné de litres présentant les blasons des familles ayant vécu à La Motte-Basse ou qui y ont été enterrées.

Source : http://fr.topic-topos.com

Chapelle Sainte-Eugénie Collinée

Le village de Saint-Thia, mentionné en 1255 comme dépendance de l’abbaye de Bosquen, semble être un ancien lieu de culte. On y trouve deux croix de chemins. L’abbé Rondel lance la construction de cet édifice en souvenir de l’ancienne chapelle. Les villageois, aidés de quelques paroissiens de Collinée, apportent leurs souscriptions et effectuent les charrois des matériaux. La chapelle est bénie par Mgr de Carmené, évêque originaire de Trébry. Mais à la mort de l’abbé Rondel, la fabrique refuse de payer les dettes contractées par l’abbé pour cette chapelle. Les objets du culte sont alors enlevés sur ordre de l’évêque David, et la chapelle est abandonnée.

Source : http://fr.topic-topos.com

 

 

Les sites liés aux légendes

Menhir de La Coudre Langourla

Scellé par nos lointains ancêtres, le menhir de la Coudre est à demi-renversé. La raison est fort simple. A la fin du XIXe siècle, des hommes creusèrent jusqu’à deux mètres de profondeur dans l’espoir de découvrir un trésor. Ces travaux de sape feront pencher l’énorme masse de granite mais ne laisseront point apparaître de trésor !

Source : http://www.centrebretagne.com

L’allée couverte de l’épine Le Gouray

Vestige de l’ère néolithique, l’allée couverte de l’épine est également dénommée par les légendes populaires « La roche aux fées » ou « La table Margot ». Scrupuleusement orientées dans un axe « Nord-Ouest / Sud-Est », quatre tables posées en partie sur douze piliers de granite s’allongent sur 10,3 mètres. Quelques dalles ont été vraisemblablement pillées par le passé. Ainsi, cette allée couverte était, à l’origine, bien plus longue.

Source : http://www.centrebretagne.com

Croquelien, Berceau et château des fées Margot – Le Gouray

Croquelien, Berceau et château des fées Margot – Le GourayLa formation du mont Croquelien remonte à l’ère primaire (-600 à -200 millions d’années). Sur une butte, un amas de blocs. Sous l’emprise des eaux et des racines, de l’oxydation de la pierre, des variations de températures, le temps, le massif granitique a connu d’importantes désagrégations chimiques et mécaniques au fil des millénaires. Il forme aujourd’hui un chaos aux noms évocateurs : la Baignoire de Margot, la Marmite des fées, le Portefeuille ou la Pierre Tremblante.

Ce lieu est le théâtre de nombreuses légendes, collectées à la fin du XIXè siècle par Paul Sébillot, historien et ethnologue breton, originaire de Matignon. Ce passionné de traditions populaires recueille de nombreuses légendes et chansons orales de la Haute Bretagne et les transcrit dans plusieurs ouvrages. Dans «Légendes locales de la Haute Bretagne. Le monde physique », chapitre 2 « la Terre », pages 106 à 115, sous chapitre VII « les Margot la fée », Paul Sébillot présente cette rude contrée de « Crokélien », qui était, au dire des croyances populaires, le domaine des fées Margot ou « Margot la fée », discrètes et parfois espiègles, qui peuplent encore de nos jours l’imagination de tous les habitants du Mené, les «menauds».

On raconte par exemple qu’un des dolmens contiendrait une barrique d’argent, qu’on ne peut enlever que le jour de Pâques, et ce, à condition de garder le silence le plus absolu. Un jour, des hommes de la région auraient réussi à saisir la barrique avec des cordes, mais au moment où elle commençait à sortir, l’un d’eux aurait dit « tiens bon, je l’avais » et, aussitôt, la barrique aurait disparu…

Source : http://www.wikiarmor.net

Source de la Rance Collinée

Source de la Rance CollinéeQui n’a jamais entendu parler de l’estuaire de la Rance, de son célèbre barrage et de l’usine marémotrice, connue mondialement, puis qu’elle a été la première installation de production d’électricité utilisant l’énergie marémotrice. L’histoire du cours d’eau débute à Collinée. C’est en effet à une altitude de 258 mètres, près du village du Cas de la Plesse, que la Rance (en breton : Renk), prend sa source, une source alimentée selon la légende par les larmes de la sœur de Gargantua, le géant de Rabelais. Avant de se jeter dans la Manche, la Rance parcourt près d’une centaine de kilomètres (très exactement 102,2 km)

Source : http://www.wikiarmor.net

Le Tertre Feuillet Le Gouray

Ces trois mystérieuses croix portent chacune des inscriptions : « Le Père » (croix centrale datant du Moyen Age) et, « Le Fils » et « Le Saint Esprit » (croix latérales). Elles bercent légendes et superstitions et saluent à chaque nuit depuis la guerre de 1870, le Revenant du Tertre Feuillet. Ce personnage est habillé d’une longue cape et d’un chapeau noir pour mieux le dissimuler. Il y a plusieurs décennies, par une nuit de pleine lune, un braconnier de Gomené osa l’affronter. Nombre de secrets et mystères planent encore sur cette rencontre fratricide. En effet, aujourd’hui, qui hante ces landes du Mené ? Le revenant du Tertre Feuillet ou le braconnier ?

Source : http://www.centrebretagne.com